Le masquage IP de Google Chrome pourrait avoir un impact radical sur la publicité sur les recherches

Google développe un proxy à deux sauts pour améliorer la confidentialité des utilisateurs de Chrome, ce qui a trois implications majeures pour les annonceurs :

  • Pour le ciblage géographique des annonces, vous aurez uniquement la possibilité de cibler les régions désignées par Google, ce qui ne sera pas précis.
  • Étant donné que Google Chrome utilisera un proxy pour se connecter aux sites Web, il masquera l'identité des utilisateurs, ce qui signifie que les annonceurs ne pourront pas faire la distinction entre le trafic réel et celui des robots.
  • Google augmente sa collecte de données de localisation particulièrement précieuses, ce qui pourrait augmenter les coûts des annonceurs.

Pourquoi nous nous en soucions. Le proxy à deux sauts n'est implémenté que sur Chrome, ce qui signifie que Google aura le monopole de ces données. Aucun autre moteur de recherche ne disposera de données que les annonceurs pourront utiliser pour le ciblage géographique. Cela pourrait effectivement éliminer la concurrence dans le domaine des annonces de recherche.

Qu'est-ce que la géolocalisation basée sur IP. D'après la documentation de Google :

  • « La géolocalisation sur IP est utilisée par un certain nombre de services au sein du trafic tiers mandaté, pour se conformer aux lois et réglementations locales et proposer un contenu pertinent pour les utilisateurs. Les cas d'utilisation incluent la localisation de contenu, l'attribution de cache local et le ciblage géographique des annonces.

Les détails. Les adresses IP des utilisateurs seront regroupées et masquées par région, et Google attribuera une adresse IP à chaque lot. Voici à quoi cela ressemble :

Catégorisation du flux géographique Google


Tout utilisateur auquel une adresse IP a été attribuée pour une région aura été vérifié comme étant dans cette région. Le Google géofeed sera branché sur le proxy et aura une précision au niveau de la ville.

Les données des consommateurs seront-elles vraiment privées ? Même si les données d'un consommateur seront protégées des annonceurs, elles ne le seront pas de Google, ce qui constitue une menace pour la confidentialité des données.

Plus de problèmes de confidentialité et d'auto-préférence de Google. En février, la CMA (Autorité de la Concurrence et des Marchés) a déclaré :

  • « Nous sommes particulièrement soucieux de résoudre les problèmes restants concernant la conception des outils Privacy Sandbox et de garantir que Google n'utilise pas les outils d'une manière qui privilégie ses services publicitaires. »

Pendant ce temps, le Bureau du commissaire à l'information, un régulateur britannique de la protection de la vie privée, a également fait part de ses inquiétudes importantes concernant Privacy Sandbox, en un article du WSJ (abonnement requis), publié la semaine dernière. Une fois publiées, rien n'empêchera Google et d'autres sociétés d'utiliser les données pour suivre les utilisateurs de différents sites, a déclaré l'ICO.

  • « Le remplacement des cookies proposé par Google doit faire davantage pour protéger la vie privée des consommateurs. »

Newsletter

Rejoignez notre newsletter pour des astuces chaque semaine