E-réputation

E-réputation

Qu’est-ce qui se cache derrière ce mot « e-réputation » ? C’est l’image que vous, votre entreprise, vos services, vos produits avez sur la toile au travers des réseaux sociaux, des blogs, des plateformes vidéos, des forums, des avis, etc.

Est-ce une donnée quantifiable ?

Pas vraiment. C’est une donnée en grande partie subjective. Elle est issue des pages de résultats sur un moteur de recherche quand vous saisissez votre nom, le nom de votre société ou d’un de vos produits ou services. Vous aurez alors les notations, les commentaires des internautes mais aussi éventuellement les pages d’actualités ou encore des images.

Pour faire une évaluation, il faut tenir compte des éléments suivants :

  • la teneur des propos,
  • la popularité des pages sur lesquelles ils sont diffusés.

Ainsi, un propos négatif sur une page peu vue demandera une pondération dans l’analyse de votre e-réputation. Il faudra aussi prendre en compte l’identité de l’auteur : un propos négatif écrit par une personne sous pseudonyme peut aussi cacher un concurrent malveillant. Malheureux constat, les internautes écrivent souvent pour se plaindre, rarement pour vous adresser des louanges pourtant méritées !

Enfin, afin d’éviter tout débordement, vous devez vous-mêmes faire attention à ce que vous publiez sur vous, sur votre activité professionnelle.

Organiser une veille ?

Il existe une solution peu chronophage pour les TPE pour vous aider à établir une veille : Google Alert.

D’autres solutions existent mais payantes et envisageable pour les PME (à partir de 230 € par an) :

Réagir

Il faut traiter les messages négatifs en y répondant courtoisement avec argumentant. Et si vous êtes fautif, le reconnaître est la meilleure des réponses surtout s’il est appuyée par un geste commercial.

Et la loi dans tout ça ?

Si les propos sont diffamatoires, il faut demander leur retrait à l’auteur en lui précisant que sans réaction de sa part, vous déposerez plainte auprès du procureur de la république. Vous disposez de trois mois après la date de la publication ; vous devez faire des copies d’écrans montrant les propos diffamatoires et expliquer dans un courrier adressé au procureur le préjudice subi. Et ensuite, il ne reste plus à espérer que la justice poursuive ; ce qui n’est pas forcément gagné d’avance même si vous êtes dans votre droit… No comment…

Share This